Comment utiliser un vélo de montagne sans avoir d’impact sur l’environnement et les lieux qu’on traverse ? Voici 5 conseils fondamentaux pour vos vacances VTT éco-durables. Toute activité humaine a un impact sur l’environnement et le vélo de montagne ne fait pas exception. Alors qu’on profite de ses vacances à vélo le long de magnifiques sentiers naturels et de beaux paysages, on peut laisser des effets négatifs sur les lieux qu’on traverse. Certains des dommages causés par les VTT électriques sont négligeables, tandis que d’autres peuvent être plus dévastateurs pour l’environnement. L’effet du vélo de montagne est principalement lié à l’altération de notre faune et de notre flore.

La flore est affectée par le glissement du sol et l’érosion le long des sentiers. Bien que ce problème puisse être facilement atténué par une bonne conception des sentiers et la construction de gabions, le mouvement continu du sol et de la boue peut entraîner la mort de la flore qui se trouve à proximité du sentier. Le bruit, les excès de vitesse et les déchets peuvent nuire à la faune. Les animaux sauvages ne supportent pas les bruits forts et peuvent devenir violents, tandis que les excès de vitesse peuvent tuer certains petits animaux. Les motards devraient toujours être conscients de l’environnement et renforcer leur relation avec la nature. Voici les 5 conseils pour utiliser votre VTT de manière durable.

A. Restez toujours sur le chemin

Les parcs naturels fournissent toujours une carte aux cyclistes, et ce pour une bonne raison. La carte tente de guider les cyclistes sur des pistes organisées, alors que l’aventure hors des sentiers battus peut créer de l’érosion et endommager la végétation. Il est de la plus haute importance de toujours utiliser les sentiers balisés.

De temps en temps, vous pouvez rencontrer un obstacle, comme des arbres ou des branches tombées à cause du vent. Dans ce cas, la plupart des cyclistes essaient de contourner le chemin, mais cela détruit vraiment la végétation qui l’entoure. La meilleure chose à faire est de soulever le vélo et de le faire passer par-dessus la barrière.

B. Ne jamais conduire dans la boue

Rouler dans la boue peut être une aventure tentante et excitante. Un cycliste peut vouloir montrer la puissance de son VTT en parcourant des sentiers boueux. C’est une chose à éviter car le passage des deux-roues rend les sentiers encore moins praticables après qu’ils aient séché. De plus, au fur et à mesure que les vélos passent, l’étendue de boue s’élargit, entraînant la perte de végétation et l’érosion des sentiers.

Les roues des vélos et la boue peuvent également transporter des graines d’arbres et de plantes. Ces graines peuvent ensuite être déposées dans des zones sensibles, entraînant la destruction de la végétation existante. De plus, les cyclistes qui passent après nous quitteront le chemin balisé pour chercher un terrain moins boueux.

C. La connaissance est la clé

L’utilisation durable du VTT peut être obtenue en gérant la vitesse, en connaissant l’itinéraire et en respectant les autres usagers de la route. Lorsqu’un cycliste roule à une vitesse modérée, il est moins susceptible de freiner en cas d’urgence, car il est capable d’anticiper les dangers éventuels.

Cela permet de protéger la végétation environnante de la destruction et de la poussière. La connaissance de la piste permet de négocier plus facilement les virages à une vitesse que vous pouvez gérer en toute sécurité.

D. Ne jamais refuser

Il est absurde de ruiner l’environnement où on aime passer notre temps libre. Si vous marchez sur les sentiers, vous devez en prendre soin et les entretenir. Si vous trouvez des déchets ou des débris le long des sentiers, cela ne coûte pas grand-chose de les ramasser. En plus de réduire les déchets, ramassez tous les déchets que vous trouvez, même s’ils ne sont pas à vous.

La plupart des forêts et des réserves naturelles ont des groupes organisés qui effectuent des travaux de conservation tels que le nettoyage et l’entretien des sentiers. Un vététiste responsable devrait essayer de rejoindre de tels groupes et de se lancer dans l’écotourisme.

E. Soyez toujours prudent

Lorsque vous faites du VTT dans un parc, vous êtes le gardien de la nature que vous traversez. Votre prise de conscience peut avoir un impact important sur la qualité de vie des animaux qui se trouvent à proximité du sentier. Le bruit fort des cyclistes et la vitesse des VTT peuvent effrayer et perturber les habitudes de la faune.

Si vous faites du VTT avec d’autres personnes, il est bon de rappeler aux autres ce qu’il faut faire et ne pas faire pour respecter la nature. Prendre un raccourci, par exemple, n’endommage pas seulement la végétation piétinée, mais crée aussi une ligne qui invite à l’érosion et à d’autres dégâts sur la prairie.