La localisation précise en pleine mer n’est pas une tâche facile et sans équipement moderne, cela représente un véritable défi. Il est bien connu que les systèmes informatiques destinés à la navigation maritime peuvent être mis hors service par des virus pendant plusieurs jours. Dans certains cas, les navires dérivent sans but depuis des semaines parce qu’il n’y avait pas d’experts en sécurité informatique à bord pour résoudre le problème.

Comment les marins d’autrefois naviguaient sur les mers ?

Les Polynésiens étaient de grands marins. Des centaines d’années avant le départ de Christophe Colomb pour sa traversée de l’Atlantique, les Polynésiens ont traversé le Pacifique dans leurs canoës en bois, parcourant des distances de plusieurs milliers de kilomètres entre les îles du triangle polynésien. Ils utilisaient le soleil, la lune, les étoiles, le vent et les courants océaniques pour s’orienter. Ils ont également réalisé des cartes spéciales à partir de bois et de coquillages. Les Vikings ont également parcouru plusieurs milliers de kilomètres entre l’Europe du Nord, les îles britanniques, l’Islande, le Groenland et même l’Amérique du Nord. Les calculs et une observation attentive les ont aidés. Ils dérivaient avec le courant, suivaient les baleines et gardaient des corbeaux à bord, les oiseaux étaient entraînés à chercher la terre la plus proche. Selon divers rapports, les Vikings déterminaient leur position en mer à l’aide de planches de parasols, comptaient les jours passés en mer, calculaient la vitesse approximative de leur navire et s’orientaient en fonction du soleil et des étoiles. Certains experts pensent qu’ils ont également utilisé des pierres solaires qui polarisaient la lumière pour déterminer l’azimut du soleil par mauvais temps lorsque le soleil et les étoiles n’étaient pas visibles. Souvent, l’approche plutôt intuitive des Vikings les a conduits à des conclusions moins précises. Leurs histoires racontent des voyages au cours desquels ils étaient entourés de brouillard et de mauvais temps. Dans ces circonstances, les marins de l’époque ont complètement perdu leurs repères.

La bataille des longitudes

Le concept de coordonnées est apparu pour la première fois dans la Grèce antique, vers 200 avant J.-C. Claudius Ptolemy a été le premier à développer un système de longitude et de latitude. Les Marins s’appuyaient sur des cartes terrestres et aériennes combinées à une grille de coordonnées pour déterminer leur position. Cependant, il n’a pas été facile de trouver les coordonnées nécessaires. Bien que le Soleil, la Lune et les étoiles puissent aider à déterminer la latitude, il est beaucoup plus difficile de déterminer la longitude. La longitude peut notamment être calculée en mesurant la différence entre l’heure locale et l’heure locale d’un point de référence donné au même moment. La précision est cruciale, à l’équateur, une déviation d’une seule déviation correspond à 109 kilomètres. L’heure à bord pouvait être déterminée par le soleil et les étoiles, mais à cette époque, les horloges n’étaient pas assez précises, de sorte que les marins ne pouvaient pas déterminer l’heure de leur port d’attache, ni l’heure au Méridien de Greenwich (GMT). Pendant de nombreuses années, la priorité absolue était de trouver comment déterminer les longitudes. Louis XVI a proclamé qu’il avait perdu plus de terres au profit de ses astronomes que de ses armées. Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, l’Espagne, la Hollande, le Portugal, Venise et l’Angleterre toutes des puissances navales majeures ont offert de grandes récompenses à quiconque inventait une méthode simple et pratique pour déterminer la position précise d’un navire en mer. Avant cette invention, le sextant avait été inventé en 1757, plusieurs scientifiques, dont Isaac Newton, John Hadley et Thomas Godfrey y avaient travaillé en même temps. Grâce à ces deux outils, le mystère de la longitude a enfin été résolu.

Comment ont-ils fonctionné ?

À midi, un marin a utilisé le sextant pour mesurer l’angle entre l’horizon et le soleil et l’a comparé avec le temps moyen de Greenwich, qui était indiqué par une horloge de longitude. Les navires pouvaient ainsi déterminer la longitude, la distance à laquelle un navire se trouvait à l’est ou à l’ouest du premier méridien.

Ce qui est utilisé aujourd’hui ?

La plupart des navires sont équipés de l’ECDIS (Electronic Chart Display and Information System) et du GPS (Global Positioning System). Le GPS utilise un réseau de plus de 30 satellites pour déterminer votre position précise. Initialement développé à des fins militaires, ce système peut maintenant être facilement utilisé par tout le monde, des touristes aux marins et aux pilotes de ligne. En plus du GPS, les navires s’appuient maintenant sur des cartes électroniques, un changement qui permet aux marins d’effectuer des tâches aussi importantes que la détermination et la correction de la trajectoire en quelques minutes plutôt qu’en quelques heures. Ainsi, les officiers de navire ont désormais plus de temps pour observer et analyser leur environnement comme le temps, la vitesse du navire et d’autres facteurs importants. Le transport maritime est devenu globalement plus sûr, une question importante pour les armateurs, les clients qui chargent leur cargaison sur les navires et les compagnies d’assurance qui fixent les primes d’assurance. Comme dans l’aviation, deux systèmes ECDIS doivent également être utilisés à bord d’un navire. Si l’on veut éviter d’utiliser des cartes terrestres et maritimes conventionnelles sur papier à bord d’un navire, il faut deux systèmes ECDIS avec des écrans et des bases de données séparés. En cas d’incident, il est tout à fait possible que les deux systèmes ECDIS tombent en panne à cause d’une programmation incorrecte ou d’attaques ciblées de pirates informatiques. Les systèmes informatiques peuvent également s’arrêter pour installer des correctifs et des mises à jour. En outre, les chercheurs en sécurité constatent régulièrement des faiblesses dans des technologies clés telles que l’ECDIS, le GPS et le système d’identification automatique pour les applications maritimes. Les bogues sont corrigés, mais de nouveaux continuent d’apparaître. Les bogues du système de navigation ne sont plus dangereux lorsque vous êtes près de la côte. En effet, les secours sont proches, les points de repère sont en vue et les connexions Internet et mobiles fonctionnent généralement. Si les marins rencontrent des problèmes dans un endroit incertain, ils peuvent donc contacter les personnes désignées à terre et demander des cartes au format PDF montrant les hauts-fonds, les courants et les endroits dangereux. Naturellement, le GPS n’est pas parfait non plus. Le rayonnement électromagnétique du soleil peut avoir des effets sérieux sur le fonctionnement des satellites. En outre, les criminels tels que les pirates ou les terroristes peuvent bloquer le signal en utilisant un brouilleur GPS simple, peu coûteux et facilement disponible. Un système GPS compromis peut alors faire dévier un navire de sa route, donnant l’impression qu’il navigue sur la bonne voie. Au mieux, cette situation peut provoquer un retard au pire, elle peut entraîner de terribles collisions ou l’échouement du navire. Afin d’éviter de telles situations, la marine américaine enseigne à ses officiers, entre autres, comment naviguer au gré du soleil et des étoiles. Les interruptions de signaux ou les blocages du GPS en pleine mer sont les menaces les plus probables auxquelles un officier moderne à bord doit faire face, et elles peuvent bien conduire à la nécessité de rafraîchir ses connaissances en matière de navigation astronomique. Bien entendu, les marins disposent également de méthodes non officielles pour déterminer leur propre position par exemple, dans une situation dangereuse, ils peuvent télécharger les coordonnées GPS sur leur smartphone. En fait, c’est ce qu’ils font lorsqu’ils veulent déterminer l’emplacement du navire mais ne veulent pas quitter leur cabine. Un navire moderne avec un moteur et un générateur électrique bien entretenus peut difficilement être perdu en mer.

Un grand pas pour l’homme, un petit pas pour la technologie

Mais sans équipement électronique, la navigation est encore assez difficile. Les incidents modernes survenus montrent clairement les progrès que vous avez réellement réalisés au cours des siècles passés dans le domaine de la navigation et de la navigation maritime sont loin d’être inconstatables, mais demeurent tout de même essentiels pour une meilleure qualité de vie.