Encore peu connu du grand public, le plongeon de haut vol est pourtant une discipline des plus spectaculaires, surtout pour les amateurs de sensations fortes. Activité éprouvante pour le corps, elle fait pourtant partie des disciplines disputées lors des Jeux olympiques. Mais en quoi consiste-t-elle réellement ?

C’est quoi au juste ?

Si le plongeon classique tel qu’on le connait consiste à plonger dans l’eau la tête la première, le plongeon de haut vol est une discipline sportive nécessitant une grande maîtrise de la technique et surtout beaucoup de concentration. Si les plongeons simples peuvent être réalisés sur des plateformes à hauteur de 1 jusqu’à 10 m, le plongeon de haut vol lui commence à partir de 10 m.
Etant une compétition figurant dans les Jeux Olympique, il peut être réalisé avec différentes figures en vol : plongeon avant, arrière, renversé ou équilibre. Depuis le départ jusqu’à ce que le corps soit entièrement rentré dans l’eau, toutes les phases sont jugées et notées.

Comment se pratique le plongeon de haut vol ?

Discipline figurant parmi l’une des plus spectaculaires, le plongeon de haut vol peut être effectué depuis un hélicoptère pour plus de sensation et de hauteur. Les plongeurs de l’extrême optent même pour les falaises d’une vingtaine de mètres pour optimiser la pratique de la discipline. D’ailleurs, cette activité est appelée Cliff Diving en anglais.
Lorsqu’elle est pratiquée en pleine nature, cette activité peut s’avérer impressionnante pour les spectateurs. Il arrive parfois que les plongeurs, prudents, réalisent leur figure dans des petits bassins peu profonds en plongeant depuis une rampe à 20 mètres de hauteur. Afin de mettre plus d’effets à leur figure, ils réalisent parfois des figures avec des lampes torches ou en étant eux-mêmes enflammés. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que cette discipline, considérée comme de haute performances, n’est pratiquée que par quelques sportifs.

Des consignes à respecter

Pour la pratique d’un plongeon de haut vol en bonne et due forme, il est indispensable que le plongeur arrive à situer la surface de l’eau avant de se lancer. C’est pourquoi l’eau devra être en mouvement ou possédant des jets d’eau disposés à sa surface. Cette technique permet notamment d’anticiper la réception et de se préparer mentalement et physiquement. Lors des compétitions cependant, l’idée est de faire en sorte que le plongeur fasse le moins d’éclaboussures possibles pour gagner des points. Dans ce cas, l’eau devra être immobile.
Pour finir, sachez que cette activité est très risquée puisque depuis une hauteur aussi élevée, le plongeur peut atterrir à une vitesse de 100 km/h. C’est d’ailleurs pourquoi lorsqu’il ne s’agit pas de compétition encadrée, le plongeon de haut vol reste une discipline très dangereuse.